Historique

 
 Le compas ou boussole marine est une invention chinoise

Les premières descriptions précises d'aiguilles aimantées ou autres objets magnétiques permettant de connaître la direction du " Sud " nous viennent de Chine. Un de ces premiers objets est un " compas " de magnétite en forme de cuillère représentant schématiquement la Grande Ourse, le symbole du " shao " (cuillère en pierre d'aimant) se retrouve sur les boussoles astrologiques chinoises.

boussole astrologique chinoise
(photo de "boussole astrologique chinoise" extraite de l'Instrument de Marine - Musée de la Marine)


On ne sait pas si l'apparition de l'aiguille aimantée en Europe s'est faite par voie terrestre ou maritime mais l'on constate que jusqu'au 17ème siècle les topographes utilisaient des boussoles indiquant le Sud alors que les compas (la boussole des marins) indiquaient le Nord.

Dés le 14ème siècle, la découverte d'îles imposent aux marins des méthodes de navigation à l'estime pour pouvoir retrouver ces îles . Cap Vrai et distance parcourue furent donc les premiers éléments de la navigation maritime.

Premières Heures, du pilote Jacques Devaulx, 15ème siècle
(photo de "Premières Heures, du pilote Jacques Devaulx, 15ème siècle" extraite de l'Instrument de Marine - Bibliothèque Nationale Paris)
Les premiers objets de navigation sont principalement des instruments d'entretien de l'Estime:

Le Compas (sec jusqu'au 19ème siècle)


(photo Roses de Compas - Planche extraite de l'ouvrage du Capitaine Schùck " Der Kompass " extraite de l'Instrument de Marine)


Le Loch ( le terme de Loch vient de log en anglais ou bûche, morceau de bois jeté à l'avant du navire et dont on mesurait le temps de passage jusqu'à l'arrière donc sur une distance connue.

Le Renard de Navigation , cet instrument servait à mémoriser les caps et les vitesses ainsi que de rapporteur. 


(photo Renard de Navigation en bois , Allemagne début 19ème extraite de l'Instrument de Marine - Altonaer Museum Hambourg)


Dés 1650, il est fait état des déviations de compas dues aux masses ferreuses, mais c'est seulement en 1801 que Flinder sur l'Investigator essaie d'apporter une solution grâce au cylindre de fer doux (tube de Flinders) qui équipe toujours les habitacles de type " Thomson " et ce, encore de nos jours.


(photo extraite de l'Instrument de Marine - Galanis S)
Les travaux de Sir William Thomson(Lord Kelvin) aboutirent à l'habitacle de compas que l'on connaît :
Sur l'avant se trouve le tube de Flinders, à l'intérieur du fût l'éclairage ainsi que l'aimant de bande ( il corrige les déviations dues à la gîte), sur le côté les sphères compensent les erreurs quadrantales, dans des tiroirs sur les côtés du fût on trouve finalement les aimants permanents latéraux et longitudinaux. 

L'intérêt du public pour ces objets fait le bonheur des antiquaires de Marine et a permis l'apparition de nouveaux Artisans (restaurateurs d'objets, fourbisseur de Marine, …)


(photo: Visite chez Michel Trinit Fourbisseur de Marine, Atelier de Jules Verne à La Trinité sur Mer)
Tous ces objets sont extraordinaires tant par leur beauté que par leur ingéniosité, je ne saurais trop vous conseiller de nombreuses visites dans les Musées de Marine du Monde Entier ainsi que la consultation du merveilleux livre de Mr Jean Randier : L'Instrument de Marine (réédité aux Editions Marcel-Didier Vrac)

Liens :
www.nmm.ac.uk
www.apparent-wind.com


© Multimedia Sailing